Rechercher

La pureté graphique de Léa Nahon

Mis à jour : 8 sept. 2019



Léa Nahon est française mais travaille Liège en Belgique.

Née à Paris, Lea Nahon a été initiée au tatouage dès son plus jeune âge, du passage d'une aiguille à coudre à 15 ans à sa véritable carrière de tatoueuse à l'âge de 19 ans. Elle fait partie de la dimension artistique contemporaine du tatouage moderne. plus précisément, de la boutique de tatouage de renommée mondiale et très regardée (ainsi que de la galerie d'art) La Boucherie moderne.



Elle est aussi connue pour avoir travaillé à la galerie L'Usine Tattoo à Liège, en Belgique. Son style est principalement composé de motifs hachurés et comprend une gamme de portraits, de personnages et d’autres sujets qu’elle partage avec son compte Instagram et avec des milliers d'adeptes

Elle a fait la couverture du magazine Tatouage en novembre 2006. Elle est également connue pour ses œuvres d'art, notamment ses peintures et ses gravures, qu'elle partage sur son site Web leanahon.com



En dehors du salon, son art est également exposé partout en Europe, échangeant le martèlement des aiguilles contre la caresse des stylos. Cette «fille bleue» (terme de tatouage décrivant son corps entièrement recouvert d’encre) a développé son propre style, alliage de croquis, de pochoirs, de collages et parfois de textes, avec une dominante d’encre noire et de hachures. Ses illustrations, essentiellement des portraits, partagent un sens de la douceur, traitant les corps avec finesse, instants volants, moues et postures et leur conférant une identité précieuse, subtile et émouvante.



Plus poétiques que politiques et plus énigmatiques que mélancoliques, ses compositions, avec leur aspect incomplet, sont les prémices de nombreuses histoires que le spectateur pourrait saisir et posséder. Tout comme les tatouages.

Si le travail de Léa Nahon semble surgir à l'improviste dans le monde de l'art, aucun jeu de mots ne pourra résumer son talent, ni les possibilités qui l'attendent.


Elle a commencé à dessiner le jour où elle était assez vielle pour tenir un stylo. Dessiner ce qui est devant elle a toujours été une obsession. Ensuite, le tatouage est devenu une opportunité.



Elle utilise très peu de techniques différentes. Auparavant, elle peignait à l'acrylique ou à l'aquarelle. Aujourd'hui, elle dessine principalement sur du papier avec des stylos Rotring, tous noirs et blancs. Donc, plus de nuances, juste des lignes pures et de l'encre de Chine. Cela pourrait changer à nouveau plus tard, mais pour le moment, cette technique semble mieux fonctionner pour elle et peut également être tatouée facilement, elle est donc parfaite!



Principalement dans sa vie quotidienne, elle prend des photos autour d'elle, de personnes, principalement de ses amis. Elle travaille également beaucoup sur le travail de photographe professionnel, comme Roger Ballen, Weegee, Anders Pederson et principalement avec son ami Thomas Krauss.



Elle jamais pris beaucoup d'influence des autres tatoueurs mais ceux qui la motivent, chacun à leur manière, sont Jean-Luc Navette, Piet du Congo, Bruno Kea, Joe Moo et ses collègues. "Chacun d'entre eux est un coup de pied dans le cul pour me donner envie d'aller plus loin que je ne le sais déjà."



6 vues0 commentaire